14 décembre 2009

Don't look back into the sun

BlackSnakeMoanRiccicutoffs

J'ai toujours haït les repas de famille. Une peur viscérale et inexplicable. Les sourires qu'on étale consciencieusement pendant que l'esprit, ailleurs, tente de grapiller un morceau d'âme. Les mensonges dit avec allégresses alors que la voix s'effondre sous le coup de la vérité. Ne surtout pas décevoir. Pas encore une fois. Qu'il y ait au moins quelques personnes qui pense encore que vous n'êtes pas totalement une loooseuse.
Même si vous l'êtes.
Vous plongez dans l'illusion, petite jupe et sautoir noir assorti à votre serre-tête, il n'y verront que du feu, une certaine putasserie, mise en abîme.
Les pires scénarios projetés sous acide à l'intérieur de mon crâne n'auront pas lieu. Et tant pis pour la tragédie.
La vérité c'est que j'ai aimé disserté, avec ma cousine, sur l'onctuosité du macaron qui se trouvait dans nos assiettes, le chinois qui demeure dans son antipathie avec une contance impressionante, les privates jokes échangées avec mon cousin.
Lorsqu'enfant le monde semblait aussi pâle qu'un film de Sofia Coppola, que la seule chose qui nous préoccupait vraiment était la prochaine peluche que nos parents allaient gracieusement nous offrir
Je vivais dans ce monde et je ne sais pas ce qui s'est passé.
Ma cousine et moi qui allions discrétement jeté le contenu de nos assiettes à la poubelle après que ma tante nous ai fait une véritable conférence d'une demi-heure sur le fait qu'il fallait les finir.
Mon cousin qui demandait à ses parents de troquer ma cousine contre moi-même, parce que j'étais plutôt cool comme soeur.
Les souris mortes. Jetées contre un mur parce que nous croiions avec notre douce naïveté qu'elles y ramperaient tel Spiderman.
Mon cousin qui voulait qu'on se marie à 6 ans
Les films d'horreur.
Et tout cela ressemble à l'enfance idéale que je n'ai pas eu, vu à travers les divers filtres de couleurs qu'on veut bien utiliser pour l'immortaliser.
Tout cela, on me l'a raconté bien sur, mon enfance n'est qu'un pauvre flou artistique ratée, un dédale dont je ne parviens à me remémorer ne serait-ce que la moindre parcelle.
Rien avant mes 14 ans n'a de sens; juste quelques photos recollés, un coeur en papier crépon, des ongles sales, de long cheveux blond et beaucoup de peines.

Jamie T - The Man's Machine

Posté par polly_blue à 11:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Don't look back into the sun

    ah les repas de famille ...

    Je n'aime pas trop ça, je trouve que les repas de famille sont toujours trop long, trop ennuyeux ... J'espère que demain ca va aller.

    Posté par Twiggy, 24 décembre 2009 à 02:14 | | Répondre
Nouveau commentaire